Les Nuits Musicales de Trie sur Baïse (65)

La Bastide de

Trie sur Baïse et

Le Monastère des 

Carmes

Accueil Programme Rétrospective Galerie Contactez Nous Réserver en ligne en Toute Sécurité
Créée comme ses soeurs du Sud-  Ouest au XIVème siècle, la Bastide  de Trie sur Baïse, est toujours fidèle à  sa vocation première de lieu  d'échanges et de rencontres. Le  contrat de paréage, acte de fondation  de la ville, est signé en 1323, entre  Jean de Trie (représentant du roi),   Bernard de Manas (le seigneur de  Duffort), Géraud d'Esparros (le  seigneur de Puydarrieux) et l'abbé  Roger de Mauléon (de l'abbaye de  l'Escaladieu).  Le nom de la ville  s'inspirerait ainsi de celui de Jean de  Trie, sénéchal de Toulouse. Trie sur Baïse a gardé un patrimoine  architectural des plus intéressants  avec sa tour ronde du XIVème, sa  tour-porte du XVème, ses ambons ou  arceaux moyenâgeux, son tracé  d'origine avec sa merveilleuse place  centrale, sa grande et belle église  gothique, sa halle-mairie 2nd empire  et des vestiges de ses remparts, mais  elle n'est pas comme la plupart des  autres, une bastide musée, car elle  continue de vivre au rythme de ses  marchés importants, et à son  environnement immédiat des vingt-  deux communes rurales du canton  dont elle est le chef-lieu.
Le bénévolat y est actif, les sociétés  sportives ou culturelles nombreuses,  et la cité est ouverte et accueillante à  tous les projets susceptibles d'embellir  son image de marque et la qualité de  vie de ses habitants. La fierté des Triais demeure surtout le  Monastère des Carmes, devenu  propriété de la commune depuis une  quinzaine d'années et depuis peu  restauré avec passion. Le monastère a été fondé en 1365. En  1569, suite à un incendie, seule l'église échappe à la destruction. Mais, le  monastère est reconstruit 60 à 70 ans  plus tard. Durant la Révolution il a fait partie de  ces possessions de l’Église devenues  biens nationaux pour être revendues.  Une fois encore, seule l'église subsiste.  Les autres bâtiments furent  démantelés. Le cloître a ainsi été  reconstruit, à partir d'éléments  achetés avant la Première Guerre  mondiale par le collectionneur George  Grey Barnard, dans l'enceinte du  musée The Cloisters, à New York. L'église, édifice de type gothique  méridional, a été restaurée en 1992  pour devenir un centre d'activités  culturelles.
Rétrospective Accueil Programme Réservation Jean Laforge Contact Galerie